Le Journal de Bridget Jones, de Helen FIELDING

 Le Journal de Bridget Jones, de Helen FIELDING
Titre : Le journal de Bridget Jones
Auteur : Helen Fielding

Genre : Chik-lit

Editions : Editions V.D.B
Date de la Première édition: 1998
Année de l'édition présentée : 2002
Nombre de pages : 477
Prix d'origine : ?


Résumé :

Célibataire londonienne de 30 ans, Bridget Jones décide de tenir un journal intime et de prendre des bonnes résolutions : arrêter de fumer, perdre du poids et surtout trouver enfin un petit ami correct. Daniel Cleaver le coureur de jupons ? Ou Mark Darcy le psycho-rigide ?


 Le Journal de Bridget Jones, de Helen FIELDING


Des mêmes auteurs : Bridget Jones : L'Âge de raison / Olivia Joules ou l'Imagination hyperactive / Cause céleb'...

Mon commentaire:


On
en a parlé dans les chroniques, on en a fait un film, des millions d'exemplaires ont été vendu à travers le monde et on en ame écrit un second tome et pourtant "Le journal de Bridget Jones" est un roman qui manque cruellement de finesse. La narration est un véritable massacre, l'auteur ayant été très avare en pronoms personnels et adverbes abrégés façon sténographie. Les premières pages sont de fait surprenantes et déterminantes : ou on aime, ou on aime pas mais ça passe tout de même par curiosité, ou on referme le livre en se disant que c'est illisible. Sûr, ça coïncide avec le genre journal intime mais à quel prix ?
C'
est en lisant ensuite ses petits malheurs tous plus puérils les uns que les autres que l'on se rend compte de la superficie du personnage de Bridget Jones dont les seules préoccupations semblent être se caser à n'importe quel prix avec le plus bel homme possible. Mais aussi "essayer" de perdre du poids, d'arrêter de fumer, d'arrêter l'alcool, le tout avec un manque de volonté flagrante et une mauvaise foi totale. Aussi Bridget devient rapidement fatigante voir même carrément horripilante. Jouer les "célibattantes" lorsque l'on n'est pas capable de d'affronter une mère un peu trop entreprenante ça manque de crédibilité, ou révèle un personnage d'une mollesse affligeante. Mais Bridget n'est pas le seul personnage raplaplat : les autres sont tout aussi futiles.
Rie
n ne rattrape toutes ces bavures monumentales, pas même la fin totalement rocambolesque.

Di
re que le "Journal de Bridget Jones" est une adaptation très moderne de l'œuvre "Orgueil et préjugés" de Jane Austen, ou que ses personnages sont inspirés de ce roman est une terrible offense. Mais les avis restent mitigés et si certains lecteurs ont été très déçus, d'autres ont été totalement conquis, aussi il est bon de se faire son propre avis peu importe son âge.

Le petit plus de cette édition en particulier et qu'elle a été imprimée en gros caractères pour faciliter la lecture des malvoyants et des personnes âgées. Une bonne initiative de la part de V.D.B ...

Ma Note :
____________________________________
 Le Journal de Bridget Jones, de Helen FIELDING

Vos commentaires :


J'ai commencé à la lire il y a déjà quelque temps, et me suis arrêtée au bout d'une dizaine de pages seulement. J'ai été vraiment très déçue de ce livre, qui ne m'a même pas donné envie de le terminer, malgré que beaucoup n'en disent que du bien !

Votre Note :
__________________________________________________

 Le Journal de Bridget Jones, de Helen FIELDING


Tags : Critique littéraire - Journal de Briget Jones. - Helen Fielding - Chick-Lit

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.13.210) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Sociophobia

    02/03/2014

    J'ai commencé à la lire il y a déjà quelque temps, et me suis arrêtée au bout d'une dizaine de pages seulement. J'ai été vraiment très déçue de ce livre, qui ne m'a même pas donné envie de le terminer, malgré que beaucoup n'en disent que du bien !

Report abuse